MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

Promotion de l’entrepreneuriat : le FNPEEJ vers un nouveau départ !!!
LA JOURNEE DU 14 JUILLET 2016 AU FNPEEJ A ETE CONSACREE A L’AUDIT DE SURVEILLANCE N°1

DISCOURS D’ENTRÉE EN FONCTION AU FNPEEJ :

Modeste Tihounte KEREKOU (28 juin 2016)

Monsieur le Directeur de Cabinet Représentant le Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales

Monsieur l’Inspecteur Général Adjoint du Ministère

Monsieur le Conseiller Technique du Ministre

Monsieur le Secrétaire General du Syndicat du FNPEEJ

Monsieur le Directeur Général sortant

Mesdames, messieurs

C’est un honneur pour moi d’avoir été nommé au poste de Directeur Général du Fonds National pour la Promotion de l’Entreprise et de l’Emploi des Jeunes et, je mesure la charge qui est la mienne aujourd’hui. Il a plu au Président de la République, Son Excellence Monsieur Patrice TALON de m’appeler à ses côtés, pour servir notre pays et sa jeunesse.

C’est une immense responsabilité. Je l’accepte avec humilité et foi.

Permettez-moi de louer et de bénir le Seigneur, unique dispensateur de grâces, qui a permis qu’il plaise au Chef de l’État de me confier cette lourde mais exaltante mission.

Puis de témoigner au Président de la République et à Madame la Ministre ma profonde gratitude et leur assurer de travailler sans désemparer pour mériter leur confiance et concourir à l’atteinte des objectifs du quinquennat.

J’ai une pensée pieuse en ces instants pour mon feu père le Général Mathieu KEREKOU auprès de qui j’ai appris le service à la communauté. Je salue sa mémoire avec respect et déférence.

Mesdames et Messieurs, chers sœurs et frères jeunes, en tant que député, puis ministre et au quotidien j’ai fait de l’avenir de notre jeunesse mon cheval de bataille. Je sais que la problématique de l’emploi, notamment l’emploi des jeunes demeure une réelle préoccupation pour notre pays et le Chef de l’État en est conscient. Son projet de société accorde une place de choix à la jeunesse et aux questions liées à son mieux être non seulement par une formation de qualité mais surtout par son épanouissement à travers son autonomisation et des emplois décents.

Cependant nous devons nous rendre à l’évidence que, d’une part, les entreprises du secteur privé local actuel sont pour la plupart saturées et ne peuvent donc pas offrir les milliers d’emplois recherchés et, d’autre part, les investisseurs étrangers qui s’intéressent à notre pays, quel que soit leur envergure, ne pourront absorber qu’un faible pourcentage des nombreux demandeurs d’emploi, ceci dans les seules spécialités qui les intéressent. L’autre considération renvoie à l’évidence que l’État ne peut pas embaucher tous les demandeurs d’emploi.

La réalité du chômage, ce ne sont pas que des chiffres et des statistiques. J’ai rencontré à l’intérieur du pays et sur les réseaux sociaux ces béninoises et béninois confrontés au chômage – qu’ils soient effectivement au chômage ou qu’ils en aient peur, pour eux, pour leurs enfants et leurs proches. Je sais, parfois, leur démotivation, leurs doutes et leurs angoisses face à cette précarité, mais je connais aussi leur détermination à retrouver ou à créer du travail pour peu qu’ils puissent bénéficier d’un accompagnement pertinent et efficace des pouvoirs publics.

Durant mon séjour ici, et quelque soit sa durée, j’appliquerai une méthode simple, la mobilisation et le travail partenarial avec les acteurs de l’emploi, de l’insertion, de la formation, de l’entreprise, du financement, de la législation et de la réglementation pour exploiter au mieux toutes les opportunités dans nos régions.

Le chômage des jeunes et ses effets pervers ce n’est pas qu’à Cotonou. C’est aussi à Porto-Novo, Natitingou, Savalou, Banikoara, Klouekanmey, Matéri, So-ava, Parakou, Covè, Toucountouna etc,

J’ai la conviction que le respect, l’écoute, le dialogue, le travail en bonne intelligence entre nous mais aussi le lobbying auprès du gouvernement, du législateur et de tous nos partenaires sont les clés de notre réussite commune.

Mon cap est clair. L’entreprenariat, l’emploi et l’autonomisation des jeunes porteur de projet. L’emploi est une priorité pour le gouvernement. L’emploi des jeunes l’est encore plus.

Des secteurs clés tel que le Tourisme, l’Artisanat , le Numérique et l’Agro-Business sont à haute valeur ajouté et pourvoyeur d’emplois pour les jeunes nous le savons tous. En identifiant ensemble avec vous, les départements offrant le plus de possibilités selon la filière nous pourront donner du travail à nos sœurs et frères les sortant ainsi du chômage, du sous-emploi et de la précarité.

En définissant clairement les modes opératoires et en assurant l’égalité des chances à tous les porteurs de projets et/ou demandeurs d’accompagnement nous redonnerons envie à nos jeunes d’exprimer les talents et le génie qui sommeillent en chacun d’eux . Tant il est vrai que nombre d’entre eux ont été convaincu par les pratiques de ses dernières années que des critères, autres que la pertinence de leur projet et sa rentabilité, primaient pour bénéficier du soutien de l’État. Je veux leur dire ici et maintenant que l’action qui sera la mienne sera de mettre fin à toutes formes de dérives et de déviances partisanes et régionalistes. De rétablir sans délai l’égalité des chances et de traitement. Cela appellera aussi de leur part, encore plus de responsabilité et de rigueur dans la gestion de leur projet afin d’honorer leurs engagements de remboursements.

Je m’engage à une gouvernance de l’entreprenariat et de l’emploi respectant les fondamentaux du management de la qualité totale pour tenir compte de la promesse de rupture du Chef de l’État.

Un autre chantier important est celui du recouvrement des emprunts. Nous devons trouver ensemble, chers cadres et agents du FNPEEJ, un mécanisme pertinent de mise à disposition des ressources nouvelles qui en assure un meilleur recouvrement, autant qu’il est impérieux d’améliorer le recouvrement des emprunts antérieurs.

Mesdames et messieurs les cadres et agents, nous avons du chemin à parcourir. Vous pouvez compter sur ma détermination, ma combativité et surtout sur mon optimisme.

Je veux vous rassurer que je veillerais à maintenir un bon climat de travail et à garantir la valorisation du capital humain par le renforcement continu de vos capacités.

Je suis prêt. J’espère que vous aussi. Je veux pouvoir compter sur chacune et chacun de vous.

Notre pays et sa jeunesse regorgent de talents, de créativité et d’envie d’entreprendre.

L’urgence est à l’action.

Mettons-nous à leur service sans plus attendre.

Osons l’avenir

Que Dieu bénisse le Bénin.

Je vous remercie.

BeTheme WordPress Theme
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Youtube